Lycée Gassendi à Digne

LES PASSIONS, LES AMOURS, LES AMIS

La passion du cinéma

Lors de ses années au collège et lycée Gassendi à Digne, interne, Jean Proal se prend, durant l’hiver, d’une passion pour le cinéma, « qui, de dimanche en dimanche, nous dispensait notre provision de poudre à rêver… en attendant l’heure de réintégrer la prison ». D’ailleurs, plus tard, on retrouvera cet engouement pour le septième art, allant jusqu’à faire de grands projets d’adaptation de ses romans qui, sauf Bagarres, n’aboutirent pas.

Le film Bagarres
De Malaucène, dans le Ventoux, naît Bagarres – roman publié plus tard en 1945, l’adaptation cinématographique d’Henri Calef datant de 1948.

Affiche de Bagarres

Sans mon pays, je ne serais rien. Mais quel est mon pays ? Montagne ? Provence ? Les deux, sans doute que réunit et résume cette “marche” (frange et degré) de Haute-Provence où je suis né et où j’ai pris conscience de mes richesses et de mes limites. Goût de la lumière, du dépouillement et du silence. Sens du tragique. Violence intérieure et retenue d’expression. Avidité de vivre et sens de la fatalité. Besoin de joie et goût de l’amertume. Paralysante pudeur. Obstination qui touche à l’entêtement. Bonté vite effarouchée. Orgueilleuse humilité… J’allais essayer de faire le départ, de dire : ceci est du provençal et cela du montagnard. Mais je m’aperçois que ces défauts et ces qualités définissent aussi bien l’un que l’autre et que, ma province, c’est la lumière méridionale .

Jean Proal in Nouvelles Littéraires
08/09/1955

Les copains du Ventoux

Durant ces années, la camaraderie prend une place essentielle ; avec les copains randonneurs et épris de montagne, Jean Proal découvre le Ventoux où ils construisent, au mont Serein, un petit chalet (encore abri saisonnier de leurs descendants).

Jean Proal et amis
Jean Proal, la fenêtre ouverte

Le bonheur avec Suzon

En 1950, Jean Proal, suite à de sérieux ennuis de santé l’obligeant à cesser de travailler, quitte Paris pour les Alpilles. Quelques mois après, il s’installe à Saint-Rémy, au mas de Berne.
En 1939, il avait fait la connaissance de Marie Mauron, Saint-Rémoise, qui le conseille pour la dernière version du roman Les Arnaud, et avec laquelle il tisse une grande amitié doublée d’une abondante correspondance. C’est par elle que Jean Proal fait la connaissance de Suzon. Cette rencontre bouleverse littéralement sa vie. Elle lui offre un réel bonheur auquel il ne croyait plus. Au point qu’il ose se confier à quelques amis parmi ses correspondants, et que ces derniers en retour lui manifestèrent leur joie. Cette compagne a vite gagné, par son allant, son charme et sa générosité, le cœur de tous, qui l’appellent “notre Suzon”.

La vie heureuse

Sans aucun doute, Jean voit sa période la plus heureuse – en amitié comme en amour – et la plus féconde en sérieux contacts littéraires ou éditoriaux et dans le monde de l’art, de la radio et du cinéma. Comme c’est souvent le cas, à peine quitté Paris, les signes de l’intelligentsia affluent, à croire qu’il manque à ses pairs et leur deviendrait presque nécessaire ! Comme si les fruits de ses nombreux et tenaces efforts pour ” percer “, tant en littérature qu’à la radio, commencent à mûrir.
De Saint-Rémy, il continue ce parcours – tout en ouvrant, vers 1951, un magasin d’électricité, “le confort par l’Électricité “.

Il partait à pied le matin avec son chien à travers la colline et il rentrait le soir. Il a été très attaché aux Alpilles. Là, il a retrouvé une joie de vivre qu’il avait perdu depuis son adolescence. Mais il a eu une passion pour la Camargue, qui n’est pas très loin d’ici, et où nous avons fait ensemble de longs séjours.

Suzon Proal

Les amitiés

Cette période de sa vie est ponctuée de contacts fidèles et profonds, baignée de l’immense estime qui l’entoure régulièrement. Ainsi, une amitié suivie et privilégiée avec des peintres : Georges Item, Hans Hartung et sa femme Anna-Eva Bergman (cf. Jean Proal, Anna-Eva Bergman, Hans Hartung : une amitié créatrice), Lucien Jacques, Roger Bezombes, André Miguel, Louis Pons, Mario Prassinos.

Un suivi amical et créatif avec des écrivains : Dominique Aubier ou « Mabu », Lucien Henry ou « Lulu » (très proche des milieux artistiques), Jean de La Varende…

Avec bien de ces personnes une correspondance (AD 04), parfois abondante. Dans de rares cas, nous avons pu collecter les 2 versants : Jean Giono, Hans Hartung et Anna-Eva Bergman, Georges Item)

Des échanges de travail en même temps que d’amitié avec Marguerite Arnoux, de la revue  Les Nouvelles Littéraires, Géo Blanc, directeur de Radio-Lausanne, Charles Galtier, de la revue Reflets de Provence, Léon Derey, critique littéraire. Des contacts et correspondances avec des cinéastes : Henri Calef, Roberto Rosselini et Henri Clouzot…, ou des personnalités du monde du théâtre : Louis Jouvet, Marguerite Jamois, Valentine Tessier, Charles Vanel ; sans compter les simples amis et lecteurs enthousiastes – peut-être surtout parce que, dit-il, « une simple lettre d’un inconnu, ou le mot juste d’un vieux copain me secoue d’avantage qu’un article épatant ».

Jean Proal avait le goût de l’amitié. Il se faisait aucune pression sur les gens. Il était attentif, et on sentait qu’il était attentif, et qu’il essayait — ou il n’essayait pas, peut -être c’était naturel… En tout cas on devenait soi-même en face de lui. Et nous avons eu des amis communs. Il y avait – à tout seigneur tout honneur – Hans Hartung qui est le grand peintre que tout le monde connaît, Roberto Rossellini, le metteur en scène, Mario Prassinos, qui est également un peintre réputé, et un qui lui était particulièrement cher, Georges Item.

Suzon Proal

Ces éléments biographiques sont extraits de la Revue n° 1 de l’AAJP, Jean Proal, une écriture saisissante.