Jean Proal

Jean Proal, Bleu de neige

Nouvelles et contes parus dans la revue Le Feu, de 1927 à 1929: les premiers pas de Jean Proal dans le monde de la publication.

Jean Proal, Bleu de neige

Nouvelles de Jean Proal, illustrées par Patrick Serena

Revue n°5 de l’AAJP

Comme le soulignait son Carnet de route (bulletin n°4), l’écriture lui était depuis son adolescence essentielle…
Entre 1927 et 1929, en contact avec Joseph d’Arbaud (grâce à André de Richaud entre autres), la prestigieuse revue Le Feu (existant depuis 1905) d’Aix-en-Provence publie des textes de Proal – parfois aux côtés de Bosco, de Richaud… Ce sont les premières nouvelles (six au total). Il y a là une écriture qui, au vu des romans à venir, peut étonner le lecteur…

Ainsi, les premiers pas de Jean Proal dans le monde de la publication méritaient d’être réédités.

Contribution de Anne-Marie Vidal
Dessins de Patrick Serena

 

Format 12 x 19 / 80 pages
ISSN 1961-3334
édition AAJP – 2011
Prix : 10€ (+ frais de port)

Extraits

Décidément, tout se liguait contre lui cette nuit-là ; le bois répandait tous ses sortilèges, comme pour l’empêcher d’aller… Mécontent une seconde, il haussa les épaules ; on se retrouverait.
Peu à peu cependant les pins se clairsemaient ; la vie nocturne, loin des fourrés protecteurs, devenait moins dense et moins sollicitée de toutes parts, la pensée de Maral s’alentit au rythme de son pas. Il traversa la pépinière, un petit champ aux allées bien droites avec ses futurs géants bien alignés en rangs d’oignons et une vague pitié le prit pour ces arbres domestiqués par l’homme ; quelques pins élargirent leur panache sur le ciel et, brusquement, il se trouva en pleine lumière.
Il était arrivé. D’un coup d’œil sur sa droite il vit la ferme ; une fenêtre éclairée mettait un rectangle rouge dans la façade “illunée”. (Une nuit, p. 14)

J’ai tiré de ma poche une lettre et, penché sur le fragile chiffon que la flamme teinte de rose, j’égrène à nouveau les tendresses que me chante à travers l’espace la grande écriture aimée, comme on laisse fondre sur sa langue en les pressant un peu contre le palais les grains dorés de quelque grappe alourdie par le soleil. Les mots gonflés d’amour coulent en moi comme une source chaude ; et tandis que mes yeux errent, sans les voir, sur les flammes bougeuses, je sens le regard du vieux fixé sur moi – les bouffées qu’il tirait tout à l’heure de sa pipe à larges intervalles égaux, se sont précipitées ; sa respiration est presque haletante. Je le sens énervé, agité. (Au-dessus de la ville, p. 20)

Que peut-on bien pouvoir dire à quelqu’un qu’il va falloir épouser ? J’aurai bien le temps… après.
Elle sourit de plus en plus… ça c’est le comble, et ma tête qui est vide, vide, avec des bouts de phrases stupides qui zigzaguent dans du gris…
Tant pis, je vais lui répondre avec son vocabulaire et, malgré mes lèvres trop sèches qui tirent sur mes dents, les paupières violemment serrées pour ne plus voir, je mets toute ma volonté, toute ma rage, dans mon plus immense, mon plus héroïque, mon plus stupide sourire. (Résurgences, p. 29)

Mes parents ? Car il faut bien que je vous parle d’eux, pour commencer : des paysans, des paysans de la montagne dans la plus rigide acception du mot ; deux êtres qui ont passé toute leur vie à travailler comme des bœufs et qui sont morts à la peine ; levés au jour, couchés avec le jour, toute leur vie, ils ont disputé à la forêt ce coin de terre que je laisse retourner à la nature car je n’ai pas leur foi.
Toute leur vie ils ont économisé, sordidement, héroïquement, liard par liard, pour que leur enfant ait la vie moins dure, pour qu’il ne reste pas attaché à cette terre si marâtre et qu’ils n’aimaient pas. J’ai passé là les premières années de mon enfance. Mon père qui ne savait pas lire avait la folie de l’instruction… La Grande Chose, comme il l’appelait… la seule qui pût me tirer de ses travaux forcés. Je passais l’hiver au village voisin chez une de ses sœurs, pour pouvoir aller à l’école. (Un homme, p. 39)

bleu-de-neige-©Patrick-Serena

bleu-de-neige-© dessin de Patrick-Serena

Je foule la neige craquante, les yeux fous, avec un grand, un grand soleil bourdonnant dans ma poitrine pour avoir su retrouver l’émotion de mon enfance, éblouie par la montagne. Dans la voiture, Claude attend, impatiente, que ma soudaine lubie prenne fin.
Mais mon cœur élargi retrouve enfin l’ambiance trop oubliée et s’attache aux mille enchantements de mon pays enfin retrouvé : les grands sapins aux lourdes branches ployantes, la fine dentelle des mélèzes sur le ciel pur, le mystère obscur des sous-bois, la candeur éclatante des champs de neige vierge. À côté de la route un talus se dresse, la tentation me prend, impérieuse, de me baigner dans cette blancheur : un besoin fou de me laver, de me purifier au contact de cette neige de mes douze ans. (Bleu de neige, p. 49)

 

Les petits, arrachés à leur contemplation, se bousculent devant la grande porte cloutée de noir ; des filles solides comme des hommes, sous leur robe aux couleurs crues, passent gravement. Une vieille en bonnet de tulle tuyauté et large fichu de laine noire, toute courbée vers la terre ; quelques hommes, des vieux surtout, portant sur leur visage volontaire de lutteurs une grave sérénité.
Et, puis, très regardée, sournoisement détaillée, derrière tous les volets mi-clos, l’Étrangère ; la première estivante de la saison, une originale dit-on, qui passe son temps à courir la campagne avec une boîte de couleurs et a loué la petite maison blanche qui est, au bout du village, comme un éperon dans la verdure. (Le jeu cruel, p. 55)

Le-Feu-1

Le Feu

Presse et Critique

En 1933, une chronique dans la rubrique les livres du mois, présentant À hauteur d’homme avec un large extrait, souligne, malgré la parenté, l’absence d’influence réciproque entre Proal et Giono. (préface du bulletin, p. 9)

Louis Gabriel Gros [a fait rubrique régulière de lectures dans la revue Le Feu] :« Jean Proal au-delà du réalisme comme du lyrisme, n’a jamais cessé de développer dans ses romans les deux thèmes majeurs de la solitude et de la communion ». (article du “Provençal-Dimanche”, 09/03/1969 AD 04)

Charles Mauron : « Étrange nouvelle d’André de Richaud, Le Feu, il m’épate toujours à manier avec cette dextérité des gens habituellement saouls, le fantastique dans l’usuel… Il n’est pas fait pour le roman, au fond, ni les Provençaux (sauf toi peut-être) dont les romans ne sont qu’une longue nouvelle ou un compromis ». (1949 in revue Cahiers du Sud)

Pépites de lecteurs

Juste un petit mot pour vous dire le très agréable moment à lire le recueil de nouvelles de Jean Proal Bleu de neige. J’ai redécouvert son écriture que je connaissais avec De sel et de cendre, lu en 2000. Vous dire que j’ai aussi été troublée dans ces nouvelles par le lien étroit dans les thématiques de l’amour et de la mort qui parcourent les textes, deux thèmes qui cohabitent volontiers avec la jalousie alors même que les personnages sont épris de liberté et que le narrateur pourrait se confondre (peut-être) avec l’auteur, tant les images sont évocatrices et puissantes, tant la sensibilité dans les descriptions a un caractère passionné. La liberté et la nature, deux autres thèmes que les personnages épousent, une nature sauvage, une liberté tout autant, quand ceux-ci se lient à l’air et aux forêts, aux montagnes, à l’élément, à la pluie, à la neige. La forêt, maîtresse impérieuse, dans laquelle ils s’enfoncent (“il” s’enfonce ?), lieu de liberté qui se laisse aussi pénétrer et dont la symbolique maternelle s’entend avec le rapprochement qui est fait par deux fois dans deux nouvelles, et l’attachement à la mère (rejet du mariage, culpabilité d’avoir fait pleurer la mère). Avec la neige (qui est chez moi aussi une thématique troublante) les personnages s’abandonnent, c’est alors un appel ultime, celui d’un retour aux origines, un retour à l’enfance, si prégnant, si puissant qu’il vaut toutes les femmes, lesquelles vous enchaîneraient plutôt.
La pulsion sexuelle est violente, proche du meurtre et toujours associée à la passion et à la jalousie, il y a (et le narrateur en convient) quelque chose de primitif dans le caractère de ces hommes.
Enfin, la chute de chaque nouvelle témoigne de cet aspect tragique de la vie et de l’amour que sans doute l’écrivain a lui même éprouvé. Les thématiques de ce recueil m’ont bien évidemment donné envie de pour- suivre ma lecture…
Marie-Josée Desvignes