Jean Proal

À hauteur d’homme, de Jean Proal

Suite du premier roman de Jean Proal, ce roman restitue la singulière, mais inépuisable, énergie torrentielle de la jeunesse, avec ses légèretés et ses tourments...

À hauteur d’homme, de Jean Proal

Roman

 Editions Denoël & Steele (1933)
A hauteur d'homme, Jean Proal

A hauteur d’homme, est la suite du premier roman de Jean Proal, Tempête de printemps.

Après la vie glorieuse de Sylvain dans la montagne et le retour au clan familial, Sylvain engage une nouvelle bataille : il a épousé Marthe, la fille de l’assistance qu’il retrouvait dans la montagne. Mais elle est mue par la haine contre les hommes et « c’est le malheur qui entre dans sa maison » (lettre à Denoël du 15 décembre 1931). D’abord soumis puis révolté, c’est finalement le pardon qui gagne Sylvain en même temps que la sagesse.

 De puissantes et tendres descriptions des beautés et rudesses de la nature notamment des saisons tout au long du chemin suivi par le héros et il se déroule dans les Alpes de haute-provence.

 

• Cf Fanny Déchanet-Platz in Roman 20-50 n°47, juin 2009
• Cf Sylvie Vignes in Carnets du Ventoux n° 75, 2012 et in Jean Proal, créateur d’humanité (APU)

Presse

À la fin : Si Tempête de Printemps, d’un style direct, sensible et musclé, en pleine lutte, en plein monologue intérieur, repétrit le monde, A hauteur d’homme, avec tout autant de puissance, a quelque chose de moins débridé, de plus silencieux, de plus douloureux, une voix purement humaine, un chant proche, insistant, et large, où la continuité nécessaire des choses a pris le pas sur la douceur, du reste illusoire, de l’aube. On lisait le premier la gorge serrée, tant Jean A. Proal rendait vivant ce qui l’étreint et ce qu’il touche ; en lisant son deuxième ouvrage, où domine peut-être une dramaturgie trop logique ou trop absolue, on se blottit en soi, pour mieux y écouter les frémissements universels, les battements, l’éveil d’une âme, et ces cheminements qui, plus haut que les désespoirs, la solitude et l’abandon, affirment en leur sûre lenteur la haute noblesse de l’homme. Car avec Jean Proal, tout est dans l’intuition, l’accent, la substance humaine du drame.
Derey,  25/02/38, p. 70 (ou 37) du Carnet

Rééditions

Editions de l’Envol, 1998

Disponible à la vente auprès de l’AAJP.

Format 15 x 21, cousu, 190 pages
ISBN 2-909-907-49-X
éditions de l’Envol – 1999
Prix : 12€ (+ frais de port)