Jean Proal

Jean Proal, une écriture saisissante et photographique

JEUDI 3 NOVEMBRE 2016 à 18h30 - Lecture, conférence autour de Bagarres / à 21h15 projection du film restauré en 4K...

logo cc moyenne duranceJean Proal, une écriture saisissante et photographique

Jeudi 3 novembre 2016
à 18h30 : rencontre & lectures
à 21h15 : projection du film Bagarres en 4K

Médiathèque Louis Joseph
Centre Culturel Simone Signoret
04160 Château-Arnoux Saint-Auban
Tél. 04 92 64 44 12
Entrée gratuite
site web : http://www.bibdurance.fr/Default/doc/AGENDA/25#

Rencontre organisée en partenariat avec l’association du Patrimoine

Lectures

Le lecteur, dès le premier contact, reçoit avec étonnement la profonde intensité de perception des paysages et des êtres — et cependant au sein des contrastes les plus aigus — dessinés vivants dans les divers ouvrages de Jean Proal.

Sans doute avait-il, très jeune déjà, cet œil ? En effet, dès son enfance il s’extasiait à recueillir les secrets des saisons, puis vers ses 11-12 ans, au collège de Digne, le cinéma le consolant du pensionnat lui devient une passion. Cf. revue n°10 de l’AAJP Bagarres, de la page à l’image.

Après une présentation de l’auteur, au fil d’extraits de romans ou nouvelles, de ses livres d’artiste avec Anna-Eva Bergman et Hans Hartung, ses deux journaux (notamment concernant le roman et film Bagarres) et sa correspondance, vous sera proposée une invitation à savourer cette voix. Cette Voix singulière trop peu écoutée — peu séductrice parce qu’exigeante et incessamment soucieuse de participer à la ‘création de l’humanité’ et de la beauté.

Avec la participation de Anne-Marie Vidal et Yves Mugler, membres de l’association des Amis de Jean Proal
yves-mugler-anne-marie-vidal

Yves Mugler / Anne-Marie Vidal

Présentation de Jean Proal par Anne-Marie Vidal (extrait)

Rencontre du berger de Jean Proal lu par Yves Mugler

Film

Cette rencontre sera suivie de la programmation du film restauré Bagarres au Cinématographe. Film de Henri Calef, scénario de André Beucler, avec Maria Casarès, Mouloudji, etc.

NB : Une présentation de l’association AAJP accompagnera la rencontre avec la présence des publications liées à l’auteur.

affiche

Affiche du film Bagarres

Extraits

“Il ne faut pas chercher dans mes livres plus loin et moins loin que la vérité. Je suis un témoin et ne veux pas être autre chose. Par mon ascendance, par mon enfance, j’ai mes racines dans un milieu, dans un pays qui n’avaient pas – au début de ce siècle – changé d’une ligne depuis le moyen âge. C’est là tout mon mérite.”
In Bagarres, de la page à l’image, Revue n°10, AAJP

bagarres-carmelle-au-salon

Maria Casarès et Jean Brochart dans Bagarres

Lettre de Henri Calef à Jean Proal
“Pour ce soir, laissez-moi seulement vous affirmer que l’un des moments les plus heureux de ma vie aura été celui de notre rencontre. Avoir trouvé une homme de votre qualité est un présent qu’il me faut saluer, comme on le fait des grandes âmes et des grands esprits.”
In Bagarres, de la page à l’image, Revue n°10, AAJP

bagarres-dessin

Maria Casarès, Roger Pigaut et Jean Brochard dans Bagaggres

Lettre de Maria Casarès à Jean Proal
“Par ailleurs, il me semble que par l’enthousiasme et l’amour que j’ai brûlé dans ce film, je suis arrivée au point de pouvoir réclamer la vérité de ceux qui m’ont confié un rôle pour lequel j’ai dépensé avec toute mon ardeur, le meilleur que j’ai trouvé en moi au moment de le tourner. Maintenant, attendons le public et à Dieu va… !”
In Bagarres, de la page à l’image, Revue n°10, AAJP

PK-188416

Roger Pigaut et Maria Casarès dans Bagarres

Jean Proal possède cet œil, ce regard profondément attentif et bienveillant que posent parfois certains photographes sur le monde. Il cadre précisément ce qu’il décrit, dans un espace où le temps se dilate pour laisser toute la place nécessaire à l’observation de l’intime, jusqu’au gros plan du détail où se concentre l’âme du vivant. Ainsi, tout à son observation, le poète trace avec une grande exactitude les contours des êtres, des animaux, de la nature des choses, qui définissent à leur tour, à grands traits de sensations, leur histoire particulière. Cette écriture singulièrement originale ‘oblige’ gentiment le lecteur à être à la mesure de ce qui existe au-delà de l’image.
In Bagarres, de la page à l’image, Revue n°10, AAJP, contribution de Yves Mugler